Aller au menu principal
Aller Ă  la recherce
Aller au contenu principal

Éditions du 26 octobre

«Le Poison des pierreries»
Camille Mauclair

(Broché)

 
«Le Poison des pierreries» de Camille Mauclair.

PrĂ©sentation de ce livre consultĂ©e 633 fois.

TĂ©lĂ©chargez la couverture â€ș


CimmĂ©rion, barbare et belliqueux, et Sparyanthis, philosophe, Ă©rudit, esthĂšte, sont frĂšres et princes, unis dans leurs diffĂ©rences, rĂ©gnant sur le palais-citadelle d’Etisie. Alilat, ramenĂ©e de la guerre, princesse de race royale, les subjuguera, hantera leurs rĂȘves, poussera au meurtre, par ses magies et charmes.
Si la trame passionnelle et l’affrontement entre deux frĂšres renvoient aux sources classiques de la tragĂ©die, le cadre ressortit assurĂ©ment Ă  l’esthĂ©tique d’un orient et d’une antiquitĂ© dĂ©cadents. Confin tant gĂ©ographique que temporel, l’Étisie, par son double Ă©loignement, impose d’autant ses raffinements, ses ors, ses soieries, son Ă©rotisme ; tandis que confin littĂ©raire — pays de nulle part — s’y dĂ©ploient avantageusement les sortilĂšges : pratique de la thĂ©urgie et de l’oniromancie, apparitions, Ă©trange abĂźme sis au sein mĂȘme du palais, au profond duquel se reflĂšte «l’eau brĂ»lante de l’enfer»…

PoĂšte (Sonatines d’automne, Le Sang parle), auteur de nouvelles, de contes, de romans (Couronne de clartĂ©, L’Orient vierge, Les Clefs d’or, Le Soleil des morts, Les DanaĂŻdes…), reconnu par MallarmĂ© comme un de ses fils spirituels, Camille Mauclair (1872-1945) fut un des Ă©crivains les plus brillants de sa gĂ©nĂ©ration. Cofondateur du ThĂ©Ăątre de L’ƒuvre avec LugnĂ©-Poe, il participa Ă  la crĂ©ation de PellĂ©as et MĂ©lisande de Maeterlinck. Par la suite, il se consacra au rĂ©cit de voyage et Ă  des essais sur l’art, la peinture, la musique. En 1922, il publie un livre de souvenirs et de tĂ©moignages sur le mouvement symboliste : Servitude et grandeur littĂ©raires.

 

Également dans notre catalogue :

«Barbe‑Bleue outre-Rhin»
de Jean de Palacio

Jean de Palacio, professeur Ă©mĂ©rite Ă  la Sorbonne, a successivement consacrĂ© ses recherches Ă  Shelley et son groupe littĂ©raire (Mary Shelley et William Godwin), puis Ă  la notion de DĂ©cadence en Europe. Il a orientĂ© son enquĂȘte vers une dĂ©finition de l’esprit «fin-de-siĂšcle» (1870-1914) dans un ensemble de travaux, parmi lesquels Le Silence du Texte (2003), La DĂ©cadence. Le mot et la chose (2011, Prix Émile Faguet 2012 de l’AcadĂ©mie Française) et Le CrĂ©puscule des RoyautĂ©s. Essai sur la DĂ©cadence du Droit divin (2014, collaboration de Marie-France de Palacio).