Aller au contenu principal

« M. de Burghraeve, homme considérable »
Hector Fleischmann
(Broché)

«M. de Burghraeve, homme considérable» de Hector Fleischmann.

Présentation de ce livre consultée 778 fois.
Téléchargez la couverture


M. de Burghraeve, c’est le dernier dandy, dont la silhouette retrouve celles de Brummel, d’Orsay, de Barbey d’Aurevilly. C’est aussi un dernier voyage — sentimental, en compagnie de Ninette Printemps ; géographique, de Terneuzen, en Hollande, à Paris ; et dans le temps, où la nostalgie revient d’épices et de courses lointaines, Java, Port-Louis, «les rouges Ceylans»… Roman crépusculaire, mais de facture classique, M. de Burghraeve serait comme un conte 18e qu’aurait jauni l’automne décadent, où s’allongent les ombres de villes mortes «où vient mourir le sanglot désespéré de la mer», de soirs de pluie et, presque fantastiquement, de mannequin de cire qui fonde.

Né à Saint-Nicolas en Belgique, Hector Fleischmann (1882-1914) est surtout connu pour ses travaux d’histoire consacrés à la Révolution et l’Empire. Admirateur de Verlaine, influencé par la Décadence, il publia des recueils de vers, fonda un mouvement poétique, le Somptuarisme, créa La Revue verlainienne. Il est aussi l’auteur de plusieurs romans, d’un pamphlet contre Jean Lorrain (Le Massacre d’une amazone) et d’une continuation de Sherlock Holmes (Le Rival de Sherlock Holmès).

Également dans notre catalogue :

 

« La Glèbe »
de Paul Adam

Paul Adam (1862-1920) est très représentatif de la littérature fin-de-siècle, qui balançait entre naturalisme, décadentisme, symbolisme, occultisme : autant de courants auxquels il s’essaya, en imposant la singularité d’une écriture et d’un style. Pendant un quart de siècle, sa production fut prodigieuse : romans, contes, nouvelles, essais, articles, pièces de théâtre, où alternent études de mœurs, sensualité, politique, économie, utopie, antiquité.

 

Écrivains :