Aller au menu principal
Aller à la recherce
Aller au contenu principal

Édition du 26 octobre

«Les Mercenaires»
Léon Cahun
(Broché)

 
«Les Mercenaires» de Léon Cahun .

Présentation de ce livre consultée 914 fois.

Téléchargez la couverture


À travers les aventures de Gaucher le Fort, jeune gaulois engagé dans l’armée d’Hannibal, lors de la deuxième guerre punique, on assiste au fameux passage des Alpes, à dos d’éléphants (devenus mythiques). Les batailles font rage aux bords des précipices. Les armes s’entrechoquent ; les cavaliers numides, les fantassins gaulois, les frondeurs baléares, affrontent les légions romaines. C’est tout un monde qui se déploie, épique ; tandis que les personnages sont hauts en couleurs et vifs les dialogues. L’érudition se mêle à l’imagination. On y apprend autant qu’on s’y divertit.

Paru en 1878, Les Mercenaires est un prodigieux roman d’aventures à redécouvrir.

M. Cahun a fait revivre les hommes de cette époque avec un rare talent d’analyse et d’observation ; types, caractères et physionomies sont traités de main de maître. D’un bout à l’autre du récit, qui se termine à la bataille du lac Trasimène, l’intérêt se soutient, il y a la vie et l’action, les événements historiques sont d’une scrupuleuse exactitude.

— Paul de Katow, Gil Blas, 1883

Orientaliste, voyageur, explorateur, Léon Cahun (1841-1900) incarne la figure de l’érudit, féru de parchemins, de documents rares, de cartes, de langues et de civilisations anciennes. Il fut conservateur à la bibliothèque Mazarine, donna des cours en Sorbonne. Il est l’auteur de relations de voyages et d’études sur l’Asie Mineure, ainsi que de plusieurs romans d’aventures historiques.

 

Également dans notre catalogue :

« La Glèbe »
de Paul Adam

Paul Adam (1862-1920) est très représentatif de la littérature fin-de-siècle, qui balançait entre naturalisme, décadentisme, symbolisme, occultisme : autant de courants auxquels il s’essaya, en imposant la singularité d’une écriture et d’un style. Pendant un quart de siècle, sa production fut prodigieuse : romans, contes, nouvelles, essais, articles, pièces de théâtre, où alternent études de mœurs, sensualité, politique, économie, utopie, antiquité.